Comment la nouvelle réglementation de l’ESMA modifie le paysage commercial – Apprenez le trading

Comment la nouvelle réglementation de l’ESMA modifie le paysage commercial


(Last Updated On: February 3, 2020)

Le 1er août 2018, les règles ont radicalement changé pour les sociétés de négoce et leurs clients en Europe. L’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) a promulgué ses pouvoirs d’intervention sur les produits pour placer l’industrie sur une nouvelle voie, avec une protection plus solide pour les clients et des règles plus strictes pour les courtiers de détail.

Non seulement les commerçants de détail sont désormais confrontés à des marges plus élevées et, en conséquence, à un effet de levier moindre à utiliser lors du placement de transactions. Les courtiers de détail doivent désormais suivre un nouvel ensemble de règles plus strictes qui protègent le capital de leurs clients.

Pourquoi l’ESMA modifie-t-elle les règles?
Après la création de l’ESMA le 1er janvier 2011, elle s’est concentrée sur la réglementation des agences de notation de crédit après la crise financière de 2008 et sur le respect de la législation en vigueur dans le reste de l’industrie. Lorsque la Banque nationale suisse a baissé son parité euro de 1,20 en janvier 2015, de nombreux commerçants de détail se sont retrouvés positionnés longtemps sur le marché.

En quelques minutes, les prix sont tombés de 1,20 à 0,75 avant de finalement s’établir à 1,00. À ce moment-là, les dommages ont été causés, des milliers de commerçants ont été anéantis, ce qui a obligé certaines maisons de courtage FX de renom à cesser leurs activités et à déposer le bilan.

Cet événement a prouvé que l’industrie fonctionnait selon un ensemble de règles qui offraient une protection limitée aux clients et exposaient le système financier à un risque accru en période de forte volatilité. L’AEMF n’a pu réagir à cette situation qu’en enquêtant sur l’industrie et en planifiant des réformes pour éviter que des problèmes similaires ne se reproduisent à l’avenir.

Lorsque MiFID II a été promulgué, le texte législatif qui l’accompagne, le règlement sur les marchés d’instruments financiers et le règlement modificatif («MiFIR»), a permis à l’ESMA de modifier la réglementation et de changer le fonctionnement de l’industrie.

Quels sont les changements depuis le 1er août 2018?
Options binaires: interdiction de commercialiser, de distribuer ou de vendre des options binaires aux investisseurs et commerçants de détail.
Contrats de différence (CFD): une restriction sur la commercialisation, la distribution ou la vente de CFD aux investisseurs de détail. Cette restriction consiste en: des limites de levier sur les positions d’ouverture; une règle de clôture des marges par compte; une protection contre le solde négatif par compte; empêcher l’utilisation d’incitations par un fournisseur de CFD; et un avertissement de risque spécifique ferme délivré de manière standardisée.
Cela signifie que les options binaires sont effectivement interdites tandis que les CFD sont radicalement modifiés en vertu de la nouvelle réglementation.

Depuis le 1er août 2018, les cinq modifications apportées aux CFD comprennent:

Effet de levier sur l’ouverture d’une position par un client de détail, qui varie en fonction de la volatilité du sous-jacent:
30: 1 pour les principales paires de devises;
20: 1 pour les paires de devises non majeures, l’or et les principaux indices;
10: 1 pour les matières premières autres que l’or et les indices boursiers non majeurs;
5: 1 pour les actions individuelles et autres valeurs de référence;
2: 1 pour les crypto-monnaies;
Une règle de clôture de marge par compte. Cela normalisera le pourcentage de marge (à 50% de la marge minimale requise) auquel les fournisseurs doivent fermer un ou plusieurs CFD ouverts de clients particuliers;
Protection contre le solde négatif par compte. Cela fournira une limite garantie globale sur les pertes des clients de détail;
Une restriction sur les incitations offertes pour négocier des CFD; et
Un avertissement de risque standardisé, y compris le pourcentage de pertes sur les comptes d’investisseurs de détail d’un fournisseur de CFD.
Ces règles couvrent les produits à effet de levier, y compris les paris sur les spreads, et sont imposées aux détaillants et aux clients. Les commerçants professionnels sont exemptés de ces règles.

Quels sont les changements pour les courtiers?
Les courtiers proposant des produits sont confrontés à un certain nombre de changements concernant la façon dont ils interagissent avec les clients, la façon dont ils gèrent les comptes clients et la façon dont ils fonctionnent. Cela comprend une interdiction d’offrir des bonus, des incitations, des remises et des rabais aux commerçants pour l’ouverture de plus de transactions ou la négociation avec une plus grande taille de mise.

Les courtiers doivent protéger davantage les comptes des clients
Les courtiers doivent désormais utiliser plus de ressources pour gérer les comptes de leurs clients afin d’éviter un solde négatif et mettre en œuvre des mesures de protection contre le solde négatif. Ils doivent également veiller à ce que les transactions individuelles soient maintenues au-dessus des exigences de marge minimale et que les opérateurs disposent de fonds suffisants pour atteindre ce niveau dans leurs comptes.

La fermeture automatique des transactions se produit lorsque le solde du compte est à 50% de la marge requise pour l’ouverture de ces transactions.

Les courtiers doivent afficher des avertissements standard
Les courtiers sont également tenus d’afficher un avertissement standard à leurs clients qui les informe des risques associés à la négociation et du pourcentage de leurs clients qui perdent de l’argent en négociant sur les marchés financiers. Ce message est également affiché sur le matériel publicitaire et marketing.

Différents modèles commerciaux et campagnes marketing
Ces changements ont un impact sur le modèle d’affaires des courtiers, certains étant plus affectés que d’autres. Beaucoup ont lancé de nouvelles campagnes de marketing pour attirer de nouveaux clients et offrent plus de matériel pédagogique et d’outils deelp leurs clients deviennent plus rentables et durent plus longtemps sur les marchés.

Les courtiers sont maintenant confrontés à une baisse du volume des transactions
Cela implique que le courtier souhaite que son client réussisse et essaie de développer une relation plus forte avec les clients. Cela a mis la pression sur l’approche sans fioritures et à faible coût adoptée par certains courtiers, dont les clients sont sous la pression des règles d’exigence de marge.

Les courtiers sont désormais confrontés à une baisse du volume des transactions, car les traders négocient désormais avec moins de marge pour ouvrir de nouvelles positions. Avec certains commerçants abandonnant leur carrière dans le day trading et d’autres ouvrant des comptes avec des courtiers non réglementés en dehors de la juridiction de l’UE, l’industrie est pressée par la crainte que de nombreuses sociétés de courtage opérant au sein de l’UE cessent leurs activités.

Quels sont les changements pour les clients / commerçants?
Les clients et les commerçants sont confrontés aux changements de devoir désormais négocier sur des coûts de marge et de levier plus élevés. Le compromis est que les clients ont maintenant plus de protection que jamais mais sont plus limités dans le risque qu’ils peuvent prendre. Essentiellement, les rêves de «devenir riche rapidement» ont eu les freins appliqués.

Cependant, un groupe de commerçants sont exemptés de ces restrictions et négocient de la même manière qu’auparavant. C’est ce que l’on appelle la catégorie des professionnels. De nombreux commerçants de détail existants tentent de se qualifier pour ce groupe et d’éviter l’impact des nouvelles restrictions de l’ESMA.

Les critères de qualification sont les suivants et les candidats potentiels doivent remplir deux des trois conditions:

Taille du portefeuille – La taille du portefeuille d’investissements du trader dépasse 500 000 EUR. Ce portefeuille peut comprendre des actions détenues, des épargnes en espèces, des fonds communs de placement et des comptes de trading. Les biens, les bijoux, les voitures de luxe, les pensions d’entreprise ou les actifs non échangeables ne sont pas inclus lors de cette évaluation.
Expérience professionnelle – Un commerçant doit travailler ou avoir travaillé dans le secteur financier pendant au moins un an dans un poste qui nécessite une connaissance des produits financiers. Il s’agit de satisfaire à l’exigence d’une connaissance suffisante de la part du commerçant pour comprendre le profil de risque des produits échangés.
Taille et volume de la transaction – Le commerçant doit avoir négocié une taille d’au moins dix fois par trimestre au cours des quatre derniers trimestres pour un produit pertinent. La taille significative est définie comme 50 000 EUR sur les devises, les matières premières et les indices et 10 000 EUR sur une action individuelle. Les produits pertinents incluent les contrats à terme, les options, les options binaires, les CFD, les FX ou les bons de souscription.
Il est interdit aux courtiers de solliciter des clients et d’offrir un statut professionnel, car le changement de statut supprime certains des droits dont jouissent les commerçants de détail. Ceux-ci inclus:

Protection contre le solde négatif – les pertes peuvent dépasser les dépôts et si le solde du compte est négatif, le commerçant devra effectuer un paiement pour rétablir le solde à un nombre positif.
Avertissements sur les risques – il est supposé que le commerçant comprend déjà les risques associés à la négociation du produit particulier.
Restrictions de levier – les nouvelles restrictions de levier qui s’appliquent désormais aux commerçants de détail ne s’appliquent pas aux commerçants professionnels.
Restrictions sur les produits – il est supposé que le commerçant comprend le risque associé à la négociation de produits financiers complexes à haut risque.
Communication – il est supposé que le professionnel a effectué une étude diligente du risque associé à la négociation de produits financiers et a acquis les connaissances et l’expérience nécessaires pour opérer librement sur les marchés sans intervention du courtier.
D’autres commerçants qui ne peuvent pas prétendre au statut professionnel prennent l’option drastique de créer des comptes auprès de maisons de courtage opérant dans des pays hors de l’UE et de l’ESMA. Cette action comporte des risques énormes car ces courtiers peuvent ne pas offrir les droits étendus aux commerçants de détail et / ou professionnels opérant dans l’UE.

Il existe également un risque de change supplémentaire lié à l’ouverture d’un compte dans une devise étrangère, le solde du compte étant soumis aux fluctuations du taux de change et aux frais de transaction.

Hotforex Benefits

Recent Content

link to 7 meilleurs emplois de travail à domicile que vous ne connaissiez pas

7 meilleurs emplois de travail à domicile que vous ne connaissiez pas

(Last Updated On: February 3, 2020)De plus en plus de gens voient les avantages des emplois à domicile. Auparavant, c’était quelque chose auquel seuls les vraiment chanceux pouvaient aspirer. Ou, ce serait le genre de travail qui ne rapportait vraiment pas d’argent et qui vous donnait essentiellement l’impression de travailler dans une sorte d’atelier. Par […]